Космический рейс - Voyage cosmique - Cosmic JourneyCopyright C.Mettavant © 2006

Le Film (origine, création) Les auteurs du film (cinéaste, artistes, techniciens, conseillers) Les acteurs du film La fusée du Film (décors, animation) La Ville de Moscou et l'Institut (ville, rampe de lancement) La Lune (décors, animation) Les films avant 1935 Les films après 1935 Les oeuvres anticipatrices (Verne, Tsiolkovski)

Cette page concerne les paysages lunaires. Trois aspects seront ainsi abordés :
- les paysages, fonds d'écran ou maquettes.
- l'animation des voyageurs et les marionnettes de Fiodor Krasne.
- une compilation des images de la Terre vue depuis la Lune dans les films de science-fiction.
 


Sur la Lune




Lors de la rencontre que Tsiolkovski avait eue avec l'équipe du film fin 1934, il leur avait demandé d'apporter une poupée. Durant la rencontre il leur expliqua que sur la Lune la pesanteur était 6 fois plus faible que sur Terre, et qu'en conséquence les déplacements pourraient se faire simplement par bonds, comme le font les moineaux : la marionnette servit alors à faire la démonstration du mouvement possible. Dans le scénario du film, les cosmonautes sortent du vaisseau les pieds lestés de plomb comme l'étaient les scaphandriers marins de l'époque, ce qui leur permet une démarche similaire à celle sur Terre. Mais le scénario prévoit que rapidement ils déchaussent ces semelles et peuvent donc se déplacer tel que l'avait décrit le savant écrivain...
Dans le studio de tournage, les mouvements sont aidés par des cordes, un dispositif qui avait déjà été testé dans les scènes d'apesanteur (voir le paragraphe sur la fusée).


Sur cette photographie prise au printemps 2004 lors de la deuxième rencontre à Kaluga entre Tsiolkovski et l'équipe du film on voit de gauche à droite Vassili Zhuravlev, assis à côté de Constantin Tsiolkovski et de Youri Shvets. Ce dernier a présenté à l'éminent spécialiste ses projets de décors : on voit bien des cratères lunaires sur les documents examinés.
Dessins préparatoires faits par le décorateur Youri Shvets. Ce peintre est un précurseur dans ce domaine d'images de science-fiction spatiale. Ces créations ne peuvent guère s'appuyer sur le travail d'autres artistes et sont donc principalement de sa propre imagination.
Dessin de gauche extrait de "La vérité du Komsomol", Комсомольская правда (La "Pravda" des jeunesses communistes), daté du 18 janvier 1935. Celui de droite provient de "La connaissance - La force", Знание - сила, n°11 de 1954.


Les décors en relief étaient constitués de carcasses en bois sur lesquelles étaient tendues des toiles de jute. Ces dernières étaient ensuite badigeonnées et le talent des peintres en terminait l'aspect.


Ce décor est en relief, il donne une bonne impression d'un cratère sous un croissant dessiné par la Terre.

Ce décor est un tableau, qui sert de toile de fond à plusieurs scènes. On y voit un petit cratère au cenre d'un plus grand.

Ce décor est utilisé en plan fixe mais aussi en mouvement lors de l'animation de Fiodor Krasne montrant les voyageurs sur la Lune .



Les déplacements des personnages sur la Lune étaient réalisés selon deux techniques : les images en gros plan étaient réalisées en filmant des acteurs dont les mouvements de vol plané étaient obtenus par des cordes les soutenant (voir les explications dans la rubrique "cabine"). Pour les plans plus larges, il s'agissaient de marionnettes, patiemment animées par Fiodor Krasne image par image. L'Histoire retiendra que l'animation réalisée ne donna pas entièrement satisfaction aux services de contrôle communiste car trop bucolique et amusante. En conséquence le nom de l'animateur fut supprimé du générique du film (pour plus de détails voir l'excellente page de Jean-Luc Algisi sur le site Kinoglaz). Cette critique adressée au film ne fut pas la seule, ce qui conduira les autorités à retirer le film de l'affiche et à le remiser pour de très longues années...

Sur cet extrait de la 49 ème minute du film, on peut apercevoir quelques reflets lumineux sur les cordes soutenant les personnages. Ce petit défaut est
également décelable sur les images dans la cabine.

 
Tsiolkovski ne s'était pas contenté de donner des idées générales ou des précisions sur la façon dont les personnages devaient se déplacer sur la Lune. Il avait également détailler la taille et les proportions des corps des marionnettes ! Ainsi en septembre 1933 il avait transmis à Zhuravlev et son équipe une dizaine de feuillets très précis avec les dimensions à différentes échelles. Ces pages étaient princiaalement destinées à Fiodor Krasne, le spécialiste de l'animation.

Il enverra d'autres informations, fruit de son abondante production basée sur tous ses travaux des années précédentes.




La Terre vue de la Lune




C'est une image classique, très répandue parmi les dessinateurs de science-fiction. Bien que la fusée du Voyage cosmique se soit posée sur la face cachée de la Lune, les voyageurs devaient absolument voir la Terre pour pouvoir envoyer leur message de bonne arrivée. Andriocha et Marina pourront ainsi admirer le spectacle d'un "clair de Terre" vu du sol lunaire. D'autres images sont présentées ci-dessus.

1902 : le fameux cinéaste français Georges Méliès réalise le premier film de science-fiction dans l'espace : le voyage dans la Lune. Les voyageurs sortent de l'obus qui les a emmenés sur la Lune et s'émerveillent de cette vue de la Terre.

Dans le film allemand Weltraumschiff 1 startet de 1937 le vaisseau ne se pose pas sur la Lune, mais une jolie séquence montre le survol de la Lune avec en arrière plan un coucher de Terre.

En 1948 Bugs Bunny s'envole lui aussi vers la Lune. Ce dessin animé, Haredevil hare, indique son origine : sur le globe on y voit l'Amérique. Chacun pourra s'amuser ainsi à regarder la partie du globe terrestre montrée, ce sera systématiquement celle de l'origine du film !

Le film américain de 1950, Destination Moon, adoptera aussi cette image classique qu'on pourra voir deux fois : quand les voyageurs regardent par le hublot après l'alunissage, puis lorsqu'ils marchent sur le sol.

Dans Boo Moon de 1953, c'est le personnage de dessin animé, Casper le petit fantôme, qui voyage jusque la Lune et s'y pose sous une voute céleste agrémentée d'une petite Terre.

En cette même année 1953, le film Cat-Women of the Moon proposera aussi aux voyageurs posés sur la Lune une petite Terre perdue dans l'immensité d'un paysage étoilé.

La Russie renouvellera le scénario du Voyage cosmique dans un dessin animé de 1953, Polet na lunu. Vue de la Lune la Terre y apparaîtra plusieurs fois, notamment dans cette image où la Terre, immense, nous montre les continents africain, européen et asiatique.

Cette image extraite du film Gog de 1954 a failli m'échapper : elle n'apparaît qu'en toute dernière image du film. Dans le ciel lunaire la terre cotoie une galaxie.

La Terre sera aussi belle et grande dans le film soviétique de 1958, Doroga K Zvezdam. Retraçant la vie du scientifique Constantin Tsiolkovski, ce film nous demandera de la patience, cette jolie image étant une des toutes dernières.

En 1961 c'est en Tchécoslovaquie qu'apparaît cette image dans le film Baron Prasil, sous la réalisation de Karel Zeman, le magicien du film mêlant images réelles et gravures. Il y rend hommage à Jules Verne.

Je poursuivrai cette série d'images par celle-ci extraite du film humoristique The mouse on the moon de 1963. Son classicisme en fait une image imanquable, même dans un film d'humour...

Dans le film américain, Les premiers hommes sur la Lune, ce superbe panorama nous montre la plus belle image de l'année 1964.

La plus grande originalité peut être accordée à Pavel Klushantsev qui, dans son film documentaire Luna sorti en 1965, nous permet d'assister à une éclipse de soleil par la Terre. Sur cette image le soleil va bientôt disparaître derrière la Terre.

Enfin, pour terminer cette jolie série de Terres vues depuis la Lune, une dernière image extraite du film de 1969, Mon Zero Two. La station lunaire s'organise sous la pâle clarté de la Terre.
1969, c'est aussi Apollo 11 : l'image de la Terre observée depuis la Lune n'est désormais plus une fiction.
     
   

Illustration extraite de "Aventures extraordinaires d'un savant russe, I. La lune" par Georges Le Faure et Henri de Graffigny, 1889


Les anciennes images de Lune




Avant ce film, et parfois bien avant, d'autres auteurs se sont engagés dans la représentation de la Lune et de son sol.
 
Sommets des monts Doerfel, éclipse de terre vue de la Lune et contreforts extérieurs de la montagne de Scoresby.

Illustrations extraites de "Aventures extraordinaires d'un savant russe, I. La lune" par Georges Le Faure et Henri de Graffigny, 1889
Une autre image du même livre que le précédent est tout aussi intéressante : c'est la carte de la face cachée de la Lune !

Carte De La Lune (Hémisphère Invisible)
Itinéraire de Mickhaïl Ossipoff. Extrait de "Aventures extraordinaires d'un savant russe, I. La lune" par Georges Le Faure et Henri de Graffigny, 1889
 
     
     
     
     




mise à jour le mercredi 22 juin, 2011 /// http://project.mettavant.fr/kosmic.htm
Toutes les pages contenues sur ce site (http://project.mettavant.fr/) sont protégées par le copyright © Claude Mettavant 204 & 2006. Tous droits réservés. Toute copie partielle ou totale est interdite sauf mon autorisation expresse.
Si mon site contient des éléments appartenant à un autre, merci de m'informer et je l'enlèverai.
All the pages contained on this web site are copyright © Claude Mettavant 2004 & 2006, All Rights Reserved. No republication, in any whole or part, is allowed without my expressed permission.
If you find anything on this page that belongs to someone else contact me.